retour en homepage imprimer envoyer

Tilff - L'usine

Informations spécifiques

L'usine:

Ce que les Tilffois appellent communément "l'usine", est un ensemble de bâtiments situés le long du bras de l'Ourthe baignant la rive droite de l’île du Moulin", à l'extrémité est du "Saucy".

L'affectation industrielle du site remonte à 1542, année ou un membre de la famille de Presseux, Collar le Moulnier Il, y édifie le nouveau moulin banal qui restera dans cette famille jusqu'en 1695, malgré de délicats problèmes de succession liés à une série de décès successifs.

Les nouveaux maîtres du moulin, Sébastien de Bouharmont et Jean-François Heyne, s'intéresseront immédiatement à l'utilisation de l'eau à des fins métallurgiques et ne tarderont pas à mettre en marche, à côté du moulin à farine, une fenderie qui, plus tard, deviendra un laminoir.

Tout au long du XVIIIe siècle, moulin et laminoir passeront aux mains de diverses familles. Finalement, le 13 octobre 1837, Philippe- Charles Grisard et sa soeur Sophie, épouse du baron Louis de Waha, vendront le bien à la Société des Usines à Zinc de la Vieille Montagne qui venait de voir le jour et qui, simultanément, entamait en aval la construction de son usine d'Angleur.

Le canal de l'Ourthe servait au transport du zinc pur en lingots, produits par l'usine d' Angleur, jusqu'à celle de Tilff où ils étaient laminés puis expédiés par la même voie vers Anvers et la Hollande pour servir une clientèle dispersée dans le monde entier.

Lors de la mise en service du chemin de fer de la ligne de l'Ourthe (1866), l'usine de Tilff fit installer un transport aérien qui, depuis le centre de l'usine, passant par une tourelle construite à côté du pont (en rive droite), arrivait jusqu'au chemin de fer où se trouvait un système de monte- charge (une partie du dispositif est bien visible sur la fig. 4). C'est aussi par ce même câble que le charbon arrivait au centre de l'usine et que les produits finis étaient expédiés par le rail.

L'utilisation du zinc prenant de plus en plus d'extension, la direction décida, en 1910, d'agrandir fortement les installations de l'unité tilffoise. Ces dernières constructions se reconnaissent par leurs murs en briques, alors que les parties anciennes présentent un soubassement en moellon.

Jusqu'à la Seconde Guerre mondiale, l'usine a tourné nuit et jour, produisant journellement jusqu'à 50 tonnes de zinc avec un effectif allant jusqu'à 450 ouvriers, faisant vivre de surcroît quantité de petites entreprises et de commerces locaux.

La présence de la Vieille Montagne a profondément marqué la vie sociale et culturelle de la localité. Dès 1896, les militants du Parti Ouvrier possédaient à Tilff un magasin coopératif et se réunissaient à la Maison du Peuple. Par ailleurs, on ne s'étonnera pas de ce que, pendant plusieurs décennies consécutives, les élections aient mis en place des pouvoirs communaux majoritairement socialistes.

Deux cités ouvrières ont été construites en aval (Cité Delrée) puis en amont (Cité Malvoz) du centre de la localité.

La musique ne venait pas à domicile à l'époque. Aussi se groupait-on autour du kioske implanté au milieu du Saucy où un public assidu suivait les concerts de la "Royale Harmonie les Montagnards", phalange de grande réputation qui, déjà, portait loin la renommée de Tilff. N.M. LA MAISON de STEMBIER

Dominant le Saucy, demeure élancée, enclose, en briques blanchies, héritière présumée d'une construction plus ancienne qu'attesterait la tour semi-circulaire en moellons qui la flanque au sud-est et qui daterait du .XVIIe siècle.

Deux phases de construction semblent déterminantes au XVIIIe siècle sous les de Stembier (1700-1777).

La première correspondrait à la première moitié du siècle pour l'aménagement de la façade méridionale avec la disparition de baies tardo-gothiques à meneaux ou à croisées; cette partie est malaisée à déterminer en raison de divers aménagements récents.

La seconde semblerait rappelée par la façade occidentale actuelle, aménagée durant la seconde moitié du siècle: délimitée de chaînages d'angle et posée sur un soubassement gréseux, haut double corps de trois niveaux de trois travées, largement éclairées de baies à petits-bois avec encadrements à refends et linteaux en arc surbaissé à clé passante. Des pilastres à refends encadrent la travée médiane, accentuée par la porte d'entrée terminée par un arc en plein cintre à crossettes, surmontée d'une porte-fenêtre dotée d'un garde-corps en fer forgé de style Louis XV, le tout terminé en façade par un fronton triangulaire percé d'un oculus. Sa toiture à brisis à la Mansard avec demi-croupes plantées d'épis constitue l'ultime caractéristique d'une demeure à la française du XVIIIe siècle.

 Suggestion/commentaire sur le site

Haut de page
| Design & intégration : Microcosm.be | Dévelopement : Medialabs |

Commune d'Esneux | Place Jean d'Ardenne, 1 - 4130 ESNEUX | 04.380.93.20 | info@esneux.be

Antenne administrative Tilff | Place du Souvenir, 1 - 4130 TILFF | 04.380.93.67

Atelier communal | Route de Poulseur - 4130 ESNEUX | 04.380.94.50

Escale | Avenue de la Station, 80 - 4130 ESNEUX | 04.380.93.10