retour en homepage imprimer envoyer

Patrimoine - Les industries sidérurgiques de la basse ourthe

Informations spécifiques

LES INDUSTRIES SIDERURGIQUES DE LA BASSE OURTHE.:

Selon Georges HANSOTTE, au début du XVIIIe siècle, la vallée de l'Ourthe, de Chênée à Tilff, était "une des régions industrielles les plus actives du pays de Liège". On y trouvait d'aval en amont, l'ensemble des usines de Sauheid en rive droite, les établissements de Colonster en rive gauche et à l'entrée du village de Tilff, une fenderie au Saucy.

A Sauheid, territoire de la Seigneurie d'Embourg, fut construite, en 1659, la fenderie de Sauheid qui transformait les gueuses en verges ou en baguettes utilisées par l'industrie cloutière prospère en région liégeoise. La force motrice était fournie par des roues à aubes installées dans un bief de l'Ourthe. Les déchets de fabrication étaient déversés dans la rivière agrandissant petit à petit l'île proche du bief. Sur celle-ci, fut installé 30 ans plus tard, un maka qui fut remplacé par après, par une seconde fenderie.

En amont de la fenderie de Sauheid, se trouvait le Maka WALTHERY, en service depuis 1563 ainsi qu'un moulin à farine qui, plus tard, fut transformé en un autre maka.

Toujours à Sauheid, vis à vis du moulin, existait depuis 1562, un fourneau qui alimentait une fonderie. Ces installations furent transformées en moulin à poudre vers 1616 et l'exploitation resta en activité pendant plus de 50 ans. En 1563, le seigneur d'Embourg autorisa l'utilisation d'une des roues à aubes du moulin pour faire fonctionner les soufflets d'un deuxième fourneau.

Toutes ces usines furent englobées dans les installations des Laminoirs de l'Ourthe toujours en activité en 1955, lors de la publication de cet article de G. HANSOTTE. Un peu en amont de ces usines et toujours sur la rive droite de la rivière, se situait le complexe industriel de Campana qui, au départ simple fourneau en 1564, se transforma en fenderie puis en laminoir à tôles.

A Sauheid, sur la rive gauche de l'Ourthe, entre le chemin de fer et la route d'Angleur- Tilff, subsistent toujours les bâtiments des ateliers Hubert RASKIN renommés pour leurs presses et qui furent fermés en 1972.

En remontant le cours de l'Ourthe, se situait sur la rive gauche, peut-être le plus ancien établissement industriel: le Maka PHILIPPE à Colonster.

En 1530, un marteau est construit à l'emplacement d'une ancienne installation métallurgique. Au cours des années et des propriétaires successifs, s'y ajoutent un fourneau, une forge, une fenderie, un laminoir.

Une partie du minerai de fer utilisé par ces diverses industries provenait des gisements exploités depuis le XIIe siècle sur un site compris entre Dolembreux, Hayen, Méry et Tilff. Les minerais, après un premier lavage à Méry, étaient acheminés par des "pontons" chargés au lieu appelé "place aux mines", "tchèrdjeu" ou "pissou" et qui se situe entre Crèvecœur et Méry, en face de la route qui monte vers Dolembreux. Toutes ces usines, à l'exception des Ateliers Raskin, furent démolies lors des travaux pour la construction de l'autoroute des Ardennes.

En aval du village de Tilff, le deuxième Moulin Banal de Tilff était établi depuis 1542, sur un coup d'eau pris dans l'Ourthe à hauteur de l'île de Tilff qu'on appela par la suite "île du Moulin". En 1696, les nouveaux propriétaires convertirent une partie du moulin en Fenderie de Tilff. En 1798, le nouveau propriétaire, maître de forges énergique, transforma la fenderie en laminoir et, plus tard, le moulin en un second laminoir à tôles. En 1810, cet industriel, Conrad-Joseph GRISARD, était à la tête d'un des plus importants établissements industriels de la vallée de l'Ourthe.

En 1837, la jeune Société de la Vieille Montagne rachète les laminoirs. Ceux-ci servirent pour laminer les lingots de zinc fabriqués par l'usine d'Angleur.

Ces matériaux bruts et finis étaient transportés par le canal de l'Ourthe jusqu'à la mise en service de la ligne de chemin de fer de l'Ourthe en 1866. L'usine de la Vieille Montagne s'est agrandie progressivement et occupait avant la 2e guerre mondiale environ 450 ouvriers. Elle a cessé ses activités dans les années 1970 et actuellement une partie des bâtiments est aménagée en appartements.

Plus en amont de Tilff, à Méry, un Liégeois sollicite en 1872, l'autorisation d'opérer une prise d'eau dans l'Ourthe à l'effet d'activer des laminoirs à construire. Une dizaine d'années après la mise en service, l'usine est revendue à la Société Anonyme des Laminoirs à fers et à tôles du Monceau qui fonctionnera jusque 1954. Les Ateliers Raskin à Angleur rachètent l'usine puis, à la fermeture des Ateliers en 1972, la cèdent à la Société FORCAST spécialisée dans la fabrication de cylindres. Cette dernière Société cesse ses activités en 1995.

Il est intéressant de signaler que les installations hydroélectriques qui alimentaient les laminoirs ont été rénovées en 1985, par M. EVERARD DE HARZIR et fournissent l'énergie électrique à l'usine CYLMERY.

 

 Suggestion/commentaire sur le site

Haut de page
| Design & intégration : Microcosm.be | Dévelopement : Medialabs |

Commune d'Esneux | Place Jean d'Ardenne, 1 - 4130 ESNEUX | 04.380.93.20 | info@esneux.be

Antenne administrative Tilff | Place du Souvenir, 1 - 4130 TILFF | 04.380.93.67

Atelier communal | Route de Poulseur - 4130 ESNEUX | 04.380.94.50

Escale | Avenue de la Station, 80 - 4130 ESNEUX | 04.380.93.10